« Voir pour faire plus et faire pour voir mieux » : Le processus d’imitation dans la classe de danse

Nicole Harbonnier-Topin et Jean-Marie Barbier

Notre recherche de terrain, réalisée dans cinq classes techniques de danse contemporaines qui consistait à observer et décrire la complexité et la diversité présentes dans la relation pédagogique traditionnelle « démonstration-reproduction »,  nous a amené à revoir la connotation modélisante de ce mode de transmission. Parallèlement, nous nous sommes intéressés à des découvertes neuroscientifiques récentes relatives à l’imitation qui établissent la base biologique des interactions fondées sur l’observation du mouvement d’autrui. Le cadre théorique construit à partir des champs de l’Analyse d’activité et de la Communication nous a permis de développer une méthodologie originale pour observer, décrire et analyser l’interaction humaine dans la classe de danse. Nous avons pu identifier certains aspects constructifs ainsi que certaines faiblesses inhérents à cette configuration pédagogique traditionnelle. Cette recherche propose des outils d’analyse qui pourraient être appliqués pour de futures recherches sur la pédagogie de la danse et qui pourraient stimuler une réflexion sur les activités d’enseignement-apprentissage en danse.

Mots clés : danse, enseignement, interactions, activité, communication, imitation, résonance, neurones miroir.

  1. Introduction

Le mode typique d’enseignement dans la classe technique de danse,  démonstration / reproduction du modèle, est perpétué comme une évidence aussi bien dans les formations initiales du danseur que dans les formations de formateurs en danse. Or, la valeur de ce mode pédagogique semble plus reposer sur le caractère habituel d’une pratique qui a fait ses preuves que sur une réflexion approfondie et argumentée. Notre intention, dans cet article, est, tout en dévoilant les éléments constituants de cette pratique, d’en faire ressortir ses forces et ses limites pour l’engagement de l’étudiant dans son activité d’apprentissage.

Plusieurs auteurs dans le champ de la recherche en danse ont questionné le processus d’apprentissage par imitation, et le considèrent parfois comme superficiel et aliénant. Notre recherche de terrain menée dans cinq classes techniques de danse contemporaine ainsi que les découvertes neuroscientifiques récentes sur le système « miroir », nous amènent à constater que ce type d’interaction est en fait complexe, prend des formes diverses, et repose sur un fondement biologique incontestable. Nous commencerons par exposer quelques-unes des perspectives contradictoires sur l’enseignement en danse contemporaine. Nous évoquerons ensuite les recherches sur les « neurones miroir » qui nous apportent une explication du fondement biologique de l’imitation. Nous présenterons enfin notre recherche de terrain dont les résultats tendent à proposer une nouvelle formulation du processus d’imitation et une meilleure compréhension de l’interaction enseignant-étudiant. 

Pour mener notre étude de terrain, nous avons conçu une méthodologie originale à partir de l’Analyse d’activité, un domaine de recherche émergent dans le domaine de la formation des adultes ainsi que dans les contextes professionnels. Les résultats de cette recherche sont limités aux cinq classes étudiées en 2005-2006, ils ne peuvent donc pas être généralisés, mais ouvrent de nouvelles perspectives pour la recherche et la formation des enseignants en danse.

Suite du document [...]

© 2019 Julien Blais & Alexis Trépanier

LogoFRQSC.png