Forum des Éducateurs du Mouvement

Témoignage d'un participant

Je me suis fait dire qu’il faut rouler sa bosse et qu’il faut se construire une carrière. Je me suis aussi fait dire que je suis un guerrier quand je travaille de longues heures et j'ai même déjà appliqué  avec succès pour un poste dans lequel j'aurais à éteindre des feux.

 

Pendant le Forum des Éducateurs du Mouvement (FÉM) j’ai développé un mélange de méfiance et de soulagement par rapport à tout ce que je me suis fait dire jusqu'ici. Et plus important encore, j’ai pratiqué porter attention aux mots que j’utilise, et à qui je les dis.

 

Sur les 5 journées du FÉM, j’ai été étudiant, enseignant et témoin. Dans ce contexte, avec 5 pratiques mises de l’avant par 5 praticiens chevronnés, nous avons eu du temps pour non seulement mettre dans nos corps de nouvelles propositions, mais aussi pour en examiner les effet des mots sur nous. Ça ne devrait pas être un luxe de faire ça mais dans nos contextes de gens efficaces, c'est très rare d'avoir le temps.

 

Moi qui aime beaucoup trop me questionner, c’était une super occasion de le faire délibérément. Près d’un an après ma formation à temps plein en danse, je sens que j'ai maintenant assez d'information et mes attentes pour le FÉM était de commencer le travail de devenir mon propre éducateur, de trouver un indépendance dans la mise en pratique de mes connaissances.

 

Notamment j'ai très envie d'agir comme interprète mais quelque chose m'empêche de m'afficher ainsi, et c'est un processus très lent pour moi que de déballer ce blocage. Mercredi, avec Marc Boivin comme enseignant invité, nous avons joué le jeu de se faire enseigner quelques phrases chorégraphiques avec une intention collective de s'observer et d’en retirer des apprentissages.

 

Cette expérience m'a rappelé que lorsque j'ai commencé à danser, je m’étais imposé de ne dire à personne que j'étais débutant. J'étais plus âgé que les autres et je sentais que je n'avais aucune excuse alors je me suis jeté corps et âme dans un "fake it til you make it". J'ai développé un automatisme de répondre oui si on me demandait si j'étais danseur.

 

Dans le contexte du FÉM, en suivant les indications de Marc comme si j’étais un danseur normal dans une classe normale de danse, j’ai eu l’espace pour observer cette supercherie que j'avais oublié. J'ai toujours affirmé que j'étais danseur lorsque les autres me le demandaient mais me le suis-je déjà affirmé à moi-même?

 

Cette nouvelle question est maintenant présente lorsque je prends une classe de danse, et même quand je bouge tout seul chez moi. Je commence même à penser que ce mouvement est peut-être de la danse.

Alexis

<- retour au dossier

© 2019 Julien Blais & Alexis Trépanier

LogoFRQSC.png